L’auto-réparation du poisson Zèbre

Ce poisson fait beaucoup parler de lui. Il y a de quoi, car il est capable de régénérer lui même sa moelle épinière.

Grâce aux protéines CGFT, le poisson zèbre peut réparer sa moelle épinière après un choc de cette dernière.

Grâce aux protéines CGFT, le poisson zèbre peut réparer sa moelle épinière après un choc de cette dernière.

Si on se place chez l’homme, un choc à la moelle épinière, ça fait mal … Au point de provoquer la paralysie. La capacité que possède le poisson zèbre est fortement convoité, il peut récupérer toutes ses facultés motrices quelques semaines après le traumatisme. Mais comment fait-il ? Il a montré par des chercheurs de l’Université Duke (Etats-Unis) que la présence de protéines CTGF (pour Connective Tissue Growth Factor), transcrites par le gène ctgfa, permettait aux poissons de s’auto-régénérer. Ce facteur qui affecte l’adhésion, la différenciation, la prolifération et la migration des cellules est sécrété par les cellules gliales, c’est à dire les cellules qui forment l’environnement des neurones dans le système nerveux central et périphérique. Du coup, suite à un choc à la moelle, une augmentation de la production des CTGF va se produire. Ces protéines vont ainsi s’allonger pour former un « pont » qui servira ensuite de base pour la croissance des neurones néo-synthétisés, plus précisément de leur axone. Les cellules nerveuses vont ainsi se rejoindre et le passage du message nerveux va ainsi reprendre, redonnant l’activité motrice du poisson.

Source : http://www.sciencesetavenir.fr/animaux/animaux-marins/decouverte-du-mecanisme-de-reparation-de-la-moelle-epiniere-chez-le-poisson-zebre_107970

Article d’Anne-Sophie Tassart, paru le 13/11/2016